RSS Feed Twitter

Mon Identité Numérique

14 avril 2012 par David BOZEC Pas de commentaire »

empreinteJe discutais il y a peu avec une amie de notre visibilité sur le web. De par notre présence via nos blog d’une part, mais également via nos CV et les réseaux sociaux nous présentons au monde une certaine image de nous.
En discutant j’ai réalisé (encore un peu plus qu’avant) que nous n’avons pas tous la même approche du monde numérique, de la place que nous lui donnons et surtout de la place que nous y occupons…

Je ne suis pas un spécialiste du domaine, mais voici mon point de vue sur la chose :

 

Quelques mois avant ma sortie de l’école en 2010, quand j’ai commencé à rechercher du travail, je me suis posé la question de ma visibilité en ligne et plus précisément celle de mon CV. Aujourd’hui de plus en plus de recruteur on pour premier réflexe en recevant une candidature de « Googler » le nom de la personne pour voir de qui il s’agit. Soigner cette image m’a donc paru à prendre en considération de manière presque aussi importante que mon CV papier.

Je me suis donc inscrit sur les différents réseaux sociaux dit professionnels (Viadeo, LinkedIn, …) et y ai complété mon profil. J’ai créé mon CV en ligne sur DoYouBuzz, commencé à promouvoir mon site web de l’époque etc.

Je me suis finalement intéressé au référencement et à l’identité numérique de manière globale. En quelques mois j’avais mis en place une sorte de campagne de web-marketing sur moi-même à tel point qu’une recherche sur l’intitulé « ingénieur Brest », « CV ENIB » et d’autres renvoyait très rapidement sur mon CV. Et lorsque quelques mois plus tard j’effectuais une recherche Google Image sur le nom de la société qui avait fini par m’employer, mon visage apparaissait dès la troisième ligne des résultats.

Contrairement à ce que beaucoup de gens semblent penser, l’identité numérique de chacun ne se limite pas à sa présence sur les réseaux sociaux. S’en est effectivement l’un des éléments clef qu’il faut savoir gérer mais il ne faut pas considérer qu’il s’agit là du seul travail à effectuer. D’autant plus lorsque l’on gère un blog.

Finalement je pense qu’il y a quelques règles simples à respecter/exploiter :

  • Homogénéité : Votre identité numérique ne se résume pas à un seul site/réseau, nous sommes généralement présents sur de nombreuses plateformes. Avoir des informations cohérentes entre ces différentes plateformes est un besoin essentiel. Avoir un avatar commun sur tous les réseaux permet de se rendre identifiable rapidement par des personnes suivant ou recherchant  votre profil. Utiliser une même adresse e-mail publique et le même pseudonyme permet également de se rendre plus facilement identifiable comme une seule et même personne sur les différents réseaux. Ceci afin d’éviter qu’un homonyme ne viennent être identifié à votre place.
  • Tisser sa toile : vous avez un blog, une page Facebook, un compte twitter et des CV un peu partout sur le web. Maintenant il faut les lier entre eux. Que quelqu’un consultant votre profil sur l’une des plateformes où vous êtes présent puisse rapidement vous retrouver sur une autre. De plus jouer sur les liens de cette manière permet de faire grimper votre référencement global. Cet entrecroisement d’informations vous concernant vous rend plus visible et vous permet de mieux contrôler ce qui est visible de vous.
  • Cohérence : Vous avez un blog qui traite de votre passion, utilisez les réseaux sociaux non seulement pour diffuser les news de votre blog, mais également pour diffuser des informations autour du même domaine. Vous n’en deviendrez que plus visible auprès de toutes les personnes susceptibles de s’intéresser à votre domaine. N’utilisez pas chaque support différent pour diffuser un type d’information différent. Un certaine constance est de rigueur pour se rendre visible.
  • Contrôle : Les différents réseaux offrent aujourd’hui la possibilité de configurer les règles de confidentialité et de contrôler plus ou moins finement la portée de vos publications. Prendre soin de gérer le plus finement possible la visibilité de chacune de vos interventions permet de limiter les mauvaises surprises mais aussi d’améliorer la portée de vos interventions. Un post intéressant noyé au milieu de dizaines de messages à caractère privé ne sera pas visible. Alors qu’un post publié de manière totalement publique sera mis en valeur si les autres messages ne sont visibles que par les personnes visées et aura donc beaucoup plus d’impact.
  • Compréhension : Comprendre, même en partie, le fonctionnement du référencement sur Internet permet d’avoir les clefs pour être visible sur le web. Savoir qu’un page codée proprement sera mieux référencée qu’un site dont les balises HTML sont caduques ou pas fermées. Savoir qu’une image comportant du texte ne sera indexées qu’en tant qu’image par les moteurs de recherche et que le texte ne sera donc pas source de mots clefs. Savoir que la mise à jour régulière d’un site/blog/profil permettra qu’il soit indexé plus souvent et donc mieux visible. Toutes ces petites choses qui quand on les connait permettent d’améliorer sa visibilité.

 

Enfin mesdames ce qui suit s’adresse plus particulièrement à vous. Il y a un point lié à votre identité numérique sur lequel vous pêchez bien plus souvent que la gente masculine. C’est l’auto-dévalorisation.

J’ai lu, il y a de ça un certain temps, un article d’une blogueuse mettant en exergue ce comportement essentiellement féminin sur le web (je n’ai malheureusement pas retrouvé cet article), et depuis j’ai souvent constaté que c’était vrai. Là ou un homme va se présenter en spécialiste d’un domaine ou, avec plus d’humilité, comme un passionné ; une femme va avoir tendance à se présenter en débutante ou nulle. Un petit tour dans les présentations de certaines femmes sur Twitter donne un aperçu de cet état de fait : « Assez chiante, pas très petite, plutôt moche. », « Juste une blogueuse mode de plus ». Dans l’article que je cite un peu plus haut, une étude un peu plus approfondie montrait qu’un pourcentage relativement important de femmes se présentent de manière négative sur leurs profils alors que les hommes sont plutôt rares à le faire. Je ne veux pas généraliser, et beaucoup femmes ne sont pas du tout dans ce cas, mais je constate tout de même que la proportion de femmes qui s’auto-dénigrent ainsi est bien plus importante que chez les hommes.

Pour tous et toutes : se dévaloriser ainsi ne donne pas une image attirante de soi, l’intérêt qu’on peut vous porter prend un coup avant même de savoir ce que vous faites réellement. Même si l’humilité et/ou la timidité vous empêche de vous mettre en avant (ce que je comprends parfaitement) il ne faut pas pour autant se dénigrer. Des exemples ? Vous n’êtes pas chômeur, mais en recherche d’opportunités professionnelles. Vous n’êtes pas débutant, mais peut-être autodidacte ou amateur (dans le sens noble du terme). Vous n’êtes pas nul, mais intéressé. Savoir nuancer permet d’éviter l’auto-flagellation et de susciter l’intérêt des autres voir même la confiance en votre profil.

 

 

Pour conclure, une identité numérique ne se construit pas en un jour. C’est un travail de longue haleine et qu’il faut entretenir. C’est quelque chose que chacun doit adapter à soi. J’ai donné dans cet article des pistes, mais il n’y a pas de recette parfaite et universelle. A vous de savoir exploiter ce qui vous correspond en fonction de vos objectifs. J’attire aussi votre attention sur un aspect des choses que je découvre actuellement : en promouvant votre image sur le web, vous promouvez également celle de vos contacts. Ainsi une récente recherche Google Image à propos de mon dernier employeur m’a permis de voir apparaître la photo de ma cousine ou de camarades de promotion… A bon entendeur.

 

Réagissez